Bébé en DME végane

La DME végane | végétalisme et diversification menée par l’enfant

Étant végane et convaincue de l’importance de ce régime alimentaire et de ce choix de vie, il a été décidé – en concertation avec le papa pourtant omnivore – que notre bébé serait lui aussi vegan. Néanmoins élever un bébé vegan ne s’improvise pas, d’autant plus en DME. Je vous présente donc ce que nous avons fait pour réussir une DME végane avec un bébé en excellente santé.

Cet article contient peut-être des liens d'affiliation. Si vous effectuez un achat en cliquant sur un de ces liens, il se pourrait que je reçoive une petite commission, sans que cela ne vous coûte un centime de plus !

Vegan ça veut dire quoi exactement ?

Commençons par un petit point sur le terme « vegan » dans le cadre d’un régime alimentaire . Celui-ci exclut de l’alimentation tous les produits animaux et dérivés de l’exploitation animale sans exception. C’est-à-dire pas de :

  • viande 
  • poisson ni fruits de mer
  • produits laitiers (lait, fromage, yaourt, crème,…)
  • miel
  • Et ce à quoi on ne pense pas forcément : la vitamine D à base de lanoline (mais il en existe de la végétale).

Il faut donc faire particulièrement attention lorsque son bébé suit un régime alimentaire végétalien à ce qu’il ait de bons apports en :

  • Vitamine B12
  • vitamine D
  • fer
  • iode
  • zinc

Le régime végétalien du bébé de moins de 6 mois

Si comme moi vous allaitez exclusivement les 6 premiers mois, vous n’avez en principe pas de souci à vous faire (sauf peut-être si vous êtes gravement carrencée vous-même) tant que vous vous complémentez en B12 (et tous les végétaliens et même les végétariens devraient se complémenter en vitamine B12). Jusque là, le lait maternel répond totalement aux besoins de votre enfant (il est possible que les apports en fer commencent à ne plus être à 100% vers le 4ème mois mais le bébé a généralement des réserves bien suffisantes).

Si vous n’allaitez pas ou avez arrêté, il existe du lait artificiel de riz ou d’amande (mais bien vérifier qu’il soit vegan car ils ne le sont pas tous) spécialement conçu pour répondre aux besoins nutritionnels des bébés.

Vous ne devez absolument pas et sous aucun prétexte (sauf avis médical) remplacer le lait infantile (spécialement conçu pour les bébés) par du lait végétal (ou même animal) !

Qu’est-ce que la DME ?

La DME est l’acronyme de « diversification menée par l’enfant ». Il s’agit donc d’une méthode de diversification alimentaire qui se démarque de le diversification alimentaire dite classique. Cette dernière consistant à commencer par donner des aliments en texture lisse (purée, compote, yaourt) à la cuillère.

Quand commencer la diversification ? Recherches et sources scientifiques.

En DME, pas de texture lisse au début : on donne directement les aliments en morceaux au bébé et on le laisse manger par lui-même (on ne lui donne pas à manger à la cuillère). Mais, évidemment, pas n’importe comment.

Règles de base de la DME

  • on ne commence pas à diversifier avant 6 mois
  • on attend que bébé se tienne assis droit dans sa chaise haute (dossier à 90°) avant de commencer la DME (parfois pas avant 7 ou 8 mois…)
  • on donne des aliments bien cuits ou mous et qui ne collent pas au palais (à bannir : pomme crue, carotte crue, mie de pain, légumes verts feuillus type épinards et laitue, beurre de noix…)
  • on offre des aliments appropriés par leur taille et leur texture
  • on ne met pas les aliments dans la bouche de bébé et on ne le force pas à manger 
  • on n’intervient pas lorsque bébé présente un réflexe nauséeux, qui est un réflexe de protection normal
  • on mange à table avec bébé et on lui montre l’exemple (on mâche exagérément au début).
Bébé en DME végane - premiers repas

Risques de la DME

Le principal risque de la DME est de retrouver votre sol jonché de nourriture. Si vous avez toujours rêvé d’avoir un chien, c’est le moment d’aller faire un tour à la SPA !

Pour ce qui est des risques d’étouffement, ils ne sont pas plus élevés en DME qu’en diversification classique. Une récente étude (Brown, 2017) a même associé la diversification classique à une plus grande fréquence d’épisodes d’étouffement.

Les allergènes

De nombreux médecins continuent à affirmer qu’il faut introduire les aliments allergènes le plus tôt possible, à partir de 4 mois, même pour des bébés qui ne sont pas à risques. Pourtant cela n’est plus une recommendation valable.

On peut introduire les allergènes à partir du début de la diversification à 6 mois, et une fois qu’ils ont été introduits, continuer à les proposer régulièrement.

Pour les introduire pas de règle absolue, mais respecter la règle de 3 jours pour l’introduction d’un seul allergène nouveau à la fois, suivis de 2 jours sans ni cet allergène ni un nouvel allergène permet de pouvoir immédiatement identifier l’allergène en cause si une réaction venait à se présenter.

Pour en savoir plus sur la DME

Ouvrage de base sur la DME : Petites mains, grande assiette

Les besoins nutritionnels du bébé végétalien 

Besoins en fer

Entre les 4 et 6ème mois du bébé, le lait maternel commence à ne plus couvrir 100% des besoins du bébé en fer. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne fourni plus du tout de fer à votre enfant! Cela signifie seulement qu’une fois la diversification entamée, il faut avoir à cœur de lui proposer des aliments riches en fer.

Le « problème » avec le fer, c’est qu’il en existe 2 types : hémique, et non-hémique. Le premier se trouve dans les produits animaux, le second est végétal. Le premier est très bien absorbé par l’organisme, le second plus difficilement. C’est notamment pour cela qu’on ne parle pas en quantité de fer consommé, mais absorbé.

Le problème c’est qu’en pratique, il est quand même très laborieux de calculer combien de fer bébé absorbe à tel repas. L’idée est donc de proposer à chaque repas (au moins déjeuner et dîner) des aliments végétaux riches en fer. Et comme la vitamine C améliore l’absorption du fer non-hémique, proposer en duo avec un aliment source de vitamine C.

Besoins en vitamine B12 et vitamine D, DHA, et iode

Les besoins en vitamine D peuvent différer selon la couleur de peau du bébé, l’endroit où il vit et s’il est allaité ou non. Néanmoins les recommendations sont d’en moyenne 10 microgrammes (400UI) jusqu’à 1 an, puis 15 microgrammes (650UI). Demandez à votre médecin en cas de doute. A partir de 6 mois, un demi comprimé de Veg1 permet de couvrir l’ensemble de ces besoins. Sinon pour la vitamine D il existe des versions véganes issues du lichen, c’est le cas de : DPlantes, DDrops, Ultra Vegan D3 et Liquamine D3.

Il est possible que le lait maternel ne couvre plus totalement les besoin en B12 des bébés allaités exclusivement dès 4 mois (et avant si la mère est carrencée). Dans tous les cas il est malgré tout préférable de continuer à allaiter exclusivement jusqu’au 6ème mois (tout en se complémentant bien soi-même) et de commencer à complémenter bébé dès le début de la diversification.
Même s’il est recommandé de commencer la diversification et la complémentation à partir de 6 mois, nous avons décidé d’attendre que Cesare soit totalement prêt et avons donc débuté à 7 mois.
Nous avons par contre eu la chance qu’il soit immédiatement très intéressé et que ce soit un gros mangeur sans difficultés. Pour la complémentation en B12, nous lui donnons un demi comprimé de Veg1, que nous écrasons dans une cuillère et que je mélange (dans la cuillère) à de l’huile pour bébé (je reviens là-dessus plus bas). Pour rappel, les besoins d’un bébé sont de 2,5 microgrammes par jour de B12 de 6 à 24 mois, puis de 5 microgrammes par jour jusqu’à 12 ans.

Pour la DHA, on la trouve notamment dans l’huile de lin. Il existe également une version végane de l’huile spéciale Bebe de la marque Quintesens. Dans les deux cas, il suffit d’en donner environ 2 cuillères par jour, soit sur les aliments, soit à la cuillère.

Pour un bon fonctionnement du cerveau, le corps a besoin d’iode. Les adultes obtiennent facilement la couverture de leurs besoins en utilisant du sel iodé à table, et les omnivores par la consommations de produits laitiers. La consommation de sel devant être modérée pour les adultes, elle est fortement déconseillée chez l’enfant.
Pour couvrir les besoins en iode d’un bébé végétalien, on peut alors avoir recours aux algues ou à la Veg1 qui permet une couverture suffisante avec 1/2 comprimé par jour.

En conclusion, pour couvrir les besoins en vitamine B12 et D, en omega 3-DHA et en iode : 1/2 comprimé de Veg1 par jour à partir de 6 mois, ainsi que 2 cuillères à café d’huile pour bébé Quintesens.

Petit mot sur les besoins en calcium

On répand encore (médecins y compris, au secours!) que le lait et les produits laitiers sont les meilleures sources de calcium. On sait pourtant aujourd’hui que la consommation de produits laitiers ne prévient ni l’ostéoporose ni le risque de fracture et de nombreuses études n’ont pas réussi à démontré que la consommation de produits laitiers améliorerait la santé osseuse chez les enfants.

Les aliments végétaux les plus riches en calcium que je donne sans hésitation et très régulièrement à mon bébé sont : le tofu, les haricots verts, le tahin (beurre de sésame), le brocoli, les petits pois et les carottes. Rares sont les repas où je ne lui donne pas au moins un de ces aliments.

Si vous donnez une alimentation équilibrée et variée à votre enfant en plus du lait maternel ou artificiel, ses besoins en calcium seront couverts. 

Besoin en calories

Il n’est pas possible de savoir combien de calories votre bébé absorbé lors des tétées. 

Mais ce qui est sûr, c’est que l’estomac d’un bébé est petit, et qu’ils ont de gros besoin en calories. Se contenter de fruits et légumes pour son bébé est donc une erreur. Surtout pour un bébé vegan en DME.
Il faut proposer de tout, y compris céréales et légumineuses, et ne pas oublier de fournir de bonnes matières grasses (à l’aide de différentes huiles végétales). Les fruits et légumes sont pour la plupart faibles en calories : il faut bien sûr en donner à chaque repas, mais satisfaire les besoins et l’appétit d’un bébé peut se révéler très difficile avec ces seuls aliments.

Pour en savoir plus sur l’alimentation végane des bébés

Un ouvrage sur lequel se baser pour mieux comprendre et connaître les besoins nutritionnels des bébés végétaliens : Vegan sans carences

Oui mais si mon bébé ne mange pas ou mange très peu ?

Pas d’affolement si votre bébé pète la forme, vous pourrez éventuellement en discuter avec un professionnel de santé lors des visites régulières, si cela vous inquiète.

Mais s’il vous semble fatigué, pâle, moins enjoué, qu’il perd l’appétit (même pour le lait), consultez un médecin (il pourrait notamment être anémique).

Pour un bébé en bonne santé, le lait reste l’aliment principal, et couvre encore une bonne partie de ses besoins. Il faut néanmoins continuer à proposer à manger, sans se fâcher, sans forcer, sans (se) braquer. Sur ce point la DME peut limiter les frustrations parentales puisque le bébé mange comme les parents, limitant ainsi les efforts de cuisine et le gaspillage. 

Bébé en DME végétalienne - 2ème mois - la banane

Vous en avez assez? Fin de la théorie, passons à la pratique.

Mon expérience de la DME vegane 

Cesare a commencé à s’intéresser à la nourriture vers ses 5 mois, il devenait impossible de manger sans qu’il ne se mette à râler… À ses 6 mois nous avons donc voulu commencer la diversification. Enfin je dis « nous »… mais à ce moment-là je ne faisais pas la fière… La fin de l’allaitement exclusif (mais pas la fin de l’allaitement) me faisait un gros pincement au cœur et m’angoissait, je le trouvais trop petit…

Il s’est de toute façon avéré que Cesare n’était absolument pas prêt ! Nous sommes allés acheter un réhausseur de chaise (étant nomades avec un van aménagé, pas possible d’avoir une chaise haute) dès ses 6 mois mais il ne tenait absolument pas assis droit dedans. Comme nous pratiquons la motricité libre, il ne connaissait même pas la position assise (sauf occasionnellement sur nous) et n’a commencé à s’asseoir seul que vers ses 7 mois passés. Le mettre dans la chaise avec nous pour les repas, sans le faire manger, a permis de le faire patienter un peu. On lui donnait une assiette et des cuillères, qu’il s’amusait à mâchouiller de ses mâchoires sans dents, avant de les jeter par terre. Mille fois par repas.

Préparation à la DME pour un bébé de 6 mois

Puis autour de ses 7 mois, il a commencé à se tenir beaucoup plus droit et nous avons décidé de commencer l’aventure.

Les premiers repas en DME végane

Pour les tous premiers repas, nous faisions surtout des tests pour voir ce qu’il aimait, les textures qu’il arrivait à manger, les tailles de portions qui lui convenaient, ses goûts préférés. Pour notre plus grand plaisir, Cesare n’est absolument pas difficile et adore manger. Nous avons commencé par les repas du déjeuner et du dîner, avec parfois un petit-déjeuner et/ou un goûter.

Les aliments que nous lui avons donnés au cours du premier mois de DME ont été :

  • fruits : banane, poire, clémentine
  • légumes : carotte, pomme de terre, courgette, broccoli, avocat, haricots verts, pomme de terre (je sais qu’il ne s’agit pas exactement d’un légume)
  • céréales : pain des fleurs (la version au sarrasin, sans sel ni sucre)
  • légumineuses : pâtes de pois cassés, pâtes de lentilles corail
  • allergènes : tahin (premier allergène introduit : le sésame), purée de cacahuète (100% cacahuète), pâtes (blé)
Premiers repas en DME végane pour un bébé de 7 mois

Les repas plus élaborés à l’aide d’un menu hebdomadaire

Puis lorsque nous avons commencé à voir que nous pouvions vraiment lui donner de tout, nous avons décidé d’élaborer un menu hebdomadaire sur lequel se repérer.
Chaque repas comportait alors au moins un aliment riche en protéines, un aliment riche en fer, un aliment riche en vitamine C, un fruit ou un légume.

Nous avons donc introduit les légumineuses très tôt, sans aucun souci. Très vite les repas de Cesare ont systématiquement compris lentilles, pois, et/ou haricots. Au début nous les écrasions, faisions des boulettes ou des galettes avec. Pour être honnête nous n’étions pas toujours hyper bons dans le domaine et ça tournait vite au cauchemar…. J’ai donc été ravie quand je me suis rendue compte que la pince était acquise et que Cesare cherchait de lui-même des petits morceaux, délaissant les plus gros. Seuls les pois chiches sont toujours semi-écrasés.

Les légumineuses dans le repas d'un bébé en DME végétalienne
galette (qui ne ressemble à rien) avec riz, pois, etc.

Bilan de 4 mois de DME

Nous avons la chance d’avoir un bébé qui adore manger, un vrai petit vorace. Il a ses préférences, mais mange globalement tout ce que nous lui donnons. Ses grands hits : tomates cerises, clémentines, banane, tofu, poire, haricots (blancs/rouges), petits pois…

Au début nous lui faisions 4 repas : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner. Mais on s’est rendu compte qu’il mangeait moins au dîner et que ce qu’il mangeait au goûter était moins intéressant nutritivement qu’au dîner. On a donc supprimé le goûter (c’est toujours le cas).
Idem pour le remplissage de l’assiette : au début on la remplissait beaucoup, puis on s’est dit que ça le bloquait peut-être un peu (ou alors qu’il pouvait se sentir obligé de tout manger) donc on ne la remplissait que partiellement et on rajoutait au fur et à mesure. Puis finalement on a trouvé ce qui marche : on remplit bien l’assiette, et au moment où il commence à jouer avec et vouloir la prendre et la renverser on l’enlève et on ne lui met que quelques aliments directement sur la tablette de son réhausseur.

Bébé de 8 mois en DME végane

Lors du rendez-vous de contrôle des 9 mois j’étais un peu anxieuse de connaître son poids, mais tout était parfait ! Lorsque le médecin a calculé son IMC et qu’elle a annoncé « 19.6 », j’étais un peu déçue en me disant que ce n’était pas beaucoup (en pensant à l’IMC des adultes)… jusqu’à ce qu’elle déclare « c’est dans le haut du haut de la courbe mais c’est fréquent avec les bébés allaités » …. j’étais ravie !

Si je pense qu’il faut vraiment en finir avec l’obsession du poids des bébés en pleine forme, l’hospitalisation de Cesare alors qu’il avait à peine 1 mois (à cause d’une sténose du pylore) m’a vraiment fait peur et j’avoue que j’ai toujours cette peur d’un bébé qui n’aurait pas tout ce dont il a besoin. Le fait que le végétalisme soit souvent montré du doigt (à tort), n’aide pas… Mais il est évident que notre bébé est en parfaite santé, il mange à sa faim (s’il n’a pas très faim à un repas je le laisse manger ce qu’il veut, je sais qu’il se rattrapera au sein ou au prochain repas), il est en pleine forme, se développe bien, se dépense toute la journée en bougeant non-stop, il est extrêmement enjoué, et je le supplémente religieusement avec son demi comprimé de Veg1 tous les jours.

D’ailleurs pour ce qui est de parler de la DME et du végétalisme au médecin… nous ne l’avons pas fait.
Lorsqu’on nous a parlé de diversification « à commencer tout de suite » alors qu’il n’avait que 5 mois, je n’ai pas cherché plus loin et laissé parler. Puis lorsque cet autre médecin a demandé s’il était diversifié et s’il mangeait bien, je me suis contentée de répondre que oui. Elle ne m’a pas demandé d’autres précisions et je n’en ai pas donné.
Nous sommes dans une situation où nous bougeons beaucoup, et nous n’avons pas un unique médecin qui suit notre bébé. J’aimerais avoir un médecin référent avec qui je pourrais discuter de tout ça, mais pour l’instant ce n’est pas le cas.

Du côté allaitement, ça a permis d’espacer un peu les tétées durant la journée (bien que je n’allaite pas avant les repas comme c’est normalement préconisé) mais il essaie quand même de « scorer une tétée » à la première occasion venue et tète avec toujours autant d’appétit, de jour comme de nuit (même si la nuit aussi, il y a moins de tétées et elles sont moins longues).

Repas d'un bébé en DME végétalienne de 8 mois

Les aliments que Cesare mange aujourd’hui à 11 mois (toujours allaité), après 4 mois de DME :

  • fruits : banane, poire, clémentine, kiwi, orange, pomme en purée (rarement), citron
  • légumes : carotte, pomme de terre, courgette, broccoli, avocat, haricots verts, aubergine, poivron, il a goûté à l’artichaut, pommes de terre, patate douce, tomates
  • céréales : pain des fleurs (la version au sarrasin, sans sel ni sucre), pâtes de blé, riz, croute de pain (occasionnellement), flocons d’avoine (en boulettes avec de la banane)
  • pois / haricots / lentilles : pâtes de pois cassés, pâtes de lentilles corail, petits pois, haricots blancs, haricots rouges, pois chiches (toujours légèrement écrasés), haricots verts, lentilles
  • allergènes : tahin (premier allergène introduit : le sésame), purée de cacahuète (100% cacahuète), pâtes (blé), tofu (soja), purée d’amande (amande 100%). Il nous manque : moutarde, sulfites, noix
  • eau du robinet : un petit fond à la fin de (presque tous les) repas et sans exception si ses selles sont dures.
Repas d'un bébé en DME végétalienne avec tofu

Ce que nous utilisons pour la DME

Bébé sur son réhausseur de chaise pour la DME
DME végétalienne Pinterest

Articles similaires

Leave a Comment

* En laissant un commentaire, vous autorisez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

5 comments

Carole 16 mars 2020 - 10 h 30 min

Bonjour Ailce,
Quelle surprise en ce lundi matin où je regardait les articles à la une sur Blogs Campus !
Je dois être honnête : même si philosophiquement je suis proche du vegan, je reste hyper prudent quant à un régime alimentaire végan pur. Mais je crois que c’est du essentiellement à mon expérience en cabinet (je suis naturopathe) où je rencontre vraiment des personnes qui prennent des risques pour leur santé sous prétexte de naturel.
Bref je ne suis pas ici pour critiquer bien au contraire car cet article que je viens de lire m’a impressionnée. Je te félicite pour le ton, le sérieux et les éléments de recherche que tu y mets. Bref je trouve que tu contribue pour ceux et celles qui s’intéresse à ce sujet à avancer et à obtenir des info claires et surtout il y a des balises de sécurité qui transparaissent dans tes inquiétudes et le fait qu’il n’y ait pas de rejet de la médecine allopathique.
Vraiment BRAVO et MERCI pour cette qualité !

Reply
slowmaman 16 mars 2020 - 15 h 36 min

Bonjour Carole,
Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me touche beaucoup !
Je pense en effet que le régime végétalien n’est pas à prendre à la légère – que ce soit pour les adultes ou les enfants – et qu’il est important de bien se renseigner pour éviter des carences dont les conséquences peuvent être terribles. Alors qu’en faisant attention, c’est un régime alimentaire qui au contraire peut être très bénéfique.

Reply
Gwen 31 mars 2020 - 15 h 55 min

Merci pour cet article ! J’avoue que j’étais un peu perdu sur les allergènes car ce n’est pas la m^me chose entre Bébé Veggie et Nourrir son enfant autrement. En recoupant plusieurs sources sur la dme (pas forcément veggie), je me sens moins perdue 😉

Reply
slowmaman 13 avril 2020 - 13 h 57 min

Oui les allergènes c’est un sujet un peu compliqué dans le sens où les recommandations ne sont pas toujours les mêmes déjà d’un pays à l’autre… J’espère avoir pu t’aider 🙂

Reply
Anastasia 7 juin 2020 - 23 h 42 min

Bonsoir! Auriez-vous un exemple de menu hebdomadaire pour bébé du coup??? L’article est vraiment très complet, je me suis mise à chercher des informations pour bébé vegan en DME, et il n’y a que le vôtre qui est vraiment complet et très bien écrit!! Même pas trouvé de vidéo!!! Merci beaucoup!

Reply

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Si cela ne vous convient pas, vous pouvez modifier vos préférences. Sinon, cliquez sur "j'accepte". J'accepte En savoir plus